• La nouvelle économie politique ; une idéologie du XXIe siècle

    Olivier Bomsel

    Parution : 19 Avril 2017 - Entrée pnb : 25 Mars 2017

    Les apparences sont trompeuses : la mondialisation laisse accroire que l'économie est partout, qu'elle triomphe des États et mine leur souveraineté. Or une nouvelle économie politique, développée surtout dans les pays anglo-saxons et que cet ouvrage entend faire connaître en France, soutient résolument l'inverse : l'économie ne peut se comprendre sans le rôle des institutions, c'est-à-dire, selon Douglass North, "les règles du jeu de la société ou, plus formellement, les contraintes conçues par l'homme qui façonnent les interactions humaines."

    Ces règles, issues de la coutume, de la religion, de la politique ou du droit de chaque culture, déterminent la coordination et les performances économiques des sociétés. La Grèce des années 2010 est surendettée parce qu'elle peine à collecter l'impôt, à fixer le cadastre, à se défaire de pratiques clientélistes qui, depuis cent cinquante ans, ruinent ses finances publiques, parasitent l'État de droit, désespèrent l'opinion. Son défaut est institutionnel. La monnaie commune le transmet au reste de l'Europe. Laquelle est confrontée, dans des formes désormais pacifiques, à la régulation institutionnelle de ses États. Dans la mondialisation, c'est désormais sur les institutions que porte la concurrence car celles-ci façonnent la compétitivité des territoires.

    La plupart des institutions préexistant au développement de l'économie, la nouvelle économie politique des "ordres sociaux" nous rappelle que la manière dont s'évalue le profit dérivable de telle ou telle action dépend avant tout des règles sociales en vigueur et des conditions de leur application.

    25 prêts - 3650 jours
    10 streaming in-situ
    25 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • L'économie immatérielle ; industries et marchés d'expériences

    Olivier Bomsel

    Parution : 24 Février 2010 - Entrée pnb : 9 Novembre 2014

    ´R chaque instant sur Google et autres moteurs de recherche s'inscrivent des milliers de requetes et, avec elles, des milliers de marchés. Pas un jour ou n'apparaissent un produit, un service fondé sur le codage, le traitement, la circulation de l'information. Pour chaque mot demandé, des entreprises paient afin d'etre vues et de vendre. Les mots sont au cur de l'économie : ils organisent la division du travail, les échanges, les moyens de production.
    Cette économie qu'on appelle numérique, de l'information, de la connaissance ou de la communication s'exprime désormais dans une écriture minimale et dématérialisée : le code {0,1}. La dématérialisation de l'écriture et sa circulation mondiale instantanée bouleversent nos représentations de l'économie. Comment percevoir et formaliser une économie immatérielle, sachant que les discours économiques dont nous héritons se sont élaborés ´r partir d'une physiologie de la marchandise, chose matérielle et tangible?
    Loin d'occulter la production et les échanges physiques ou de les cantonner ´r certaines régions du globe, l'économie immatérielle montre qu'ils ne progressent, ne s'étendent et ne se régulent qu'au prix de flux croissants d'informations. Mots, images, réseaux de significations sont les nouveaux leviers de la rationalisation des ressources, des échanges et, surtout, de la coordination des individus par incitations et partage d'expériences. L'économie immatérielle ouvre l'cre des industries et des marchés d'expériences.

    25 prêts - 3650 jours
    10 streaming in-situ
    25 Prêt(s) simultané(s)
    LCP
    Adobe
  • Protocoles éditoriaux ; qu'est-ce que publier ?

    Olivier Bomsel

    Parution : 6 Mars 2013 - Entrée pnb : 7 Décembre 2015

    Qu'est-ce qu'un livre, un film, une oeuvre musicale...à l'ère de la dématérialisation des médias ? Avant l'essor d'internet, tout est simple. Fonds et formes coexistent. Le fond (le roman par exemple) n'est accessible que parce que la forme (journal, livre imprimé) l'a rendu possible. Les objets - livres, tableaux, disques, films 35 mm - ont une mission d'exposition. Ils signifient publiquement : ceci est une oeuvre, inscrite dans l'histoire du genre cadré par son support. Ils incarnent la fonction de l'édition.
    La dématérialisation bouleverse cet équilibre. Mais loin de détruire la fonction éditoriale, elle vient, au contraire, en souligner l'importance, car elle met au jour sa dimension profondément symbolique.
    Si cette fonction existe et tient une telle place dans l'organisation sociale, à quoi l'assigne-t-on au juste ? Quelles routes symboliques suivent les messages destinés au public, et comment le public, se dispose-t-il autour d'elles ? Quelle est l'économie de ces divers processus ?
    Pour traiter ces questions, Olivier Bomsel a réuni un collectif brillant de spécialistes de diverses disciplines. De leur dialogue, de la variété des exemples convoqués (invention de l'écriture, théâtre, bibliothèques, musique, cinéma, télévision, brevets, design...) émerge une nouvelle définition des médias à l'ère de la numérisation. Et l'économie qui s'en déduit.
    Olivier Bomsel est professeur d'économie industrielle à MINES ParisTech et directeur de la Chaire ParisTech d'économie des médias et des marques.
    Il a réuni les contributions de Benedetta Craveri, Robert Darnton, Jean-Jacques Glassner, Richard John, Yann Ménière, Pascal Nègre, Peppino Ortoleva et de François Regnault.

    30 prêts - 60 mois
    1 Prêt(s) simultané(s)
    Adobe
empty